Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 12:10

 

Elle était étendue, reposant sur le sable…
De mon regard en coin, je lui matais le râble
Où j'aurai bien aimé me mettre à roupiller
Mais hélas, à mon goût, elle était trop mouillée…

 

Il me fallait attendre qu'elle daigne se sécher
Avant de me risquer, sur elle, à me coucher...
Alors j'ai patienté que les feux du soleil
Transforment sa moiteur en parfums de sommeil.

 

Quand enfin, je la vis bien chaude et accueillante,
Je me suis laissé choir sur cette fainéante
Qui passe tout son temps à faire l'évaporée
Insouciante et oisive sous mes rêves égarés…

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Délires
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:01


 

Comme un bon touche-à-tout qui aime se disperser,
Je passe beaucoup de temps à trop me surpasser…
J'en arrive à me dire que c'était mieux avant,
Du temps où je bossais pour gagner de l'argent.

 

Je n'avais pas besoin de me faire supplier
Pour aller au boulot… J'y étais obligé…
Maintenant que le taf m'a enfin libéré
Je vais aux quatre vents pour me sursaturer.

 

Je ronge à belles dents ma vie par les deux bouts
Alors qu'il me faudrait épargner son bon goût…
Je cours de ci-de-là dans les associations
Pour prendre ou pour donner des cours de formation.

 

Je prends de longues heures, de cours d'art dramatique;
Je donne ce que je sais des ruses informatiques;
Je fais tout ce qu'on doit céder au quotidien,
Et le soir je me dis: "Mais qu'ai-je fait de bien?"

 

Je suis un touche-à tout qui comble ses envies
Tant qu'il est encore temps de grignoter ma vie…
Ce n'est pas pour autant que je sais faire tout bien…
Je suis moyen partout et donc, un bon à rien.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 14:57
 

Le vent fait frémir les feuillages,
Le vent fait courir les nuages,
Le vent murmure dans les roseaux
Des chants qui effraient les oiseaux.

 

Le vent fait tourner l'éolienne,
Le vent fait claquer les persiennes,
Le vent amène les orages
Et les tempêtes pleines de rage.

Le vent va par vents et marées,
Un jour très chaud ou très glacé…

Il nous emmène aux quatre vents
En suivant sa rose des vents.

 

Le vent se fait parfois farceur,
Il ralentit fort les coureurs…
Quand il ne les pousse pas au cul,
Il décorne tous les cocus…

Le vent modifie nos allures
En défrisant notre coiffure…
Souvent il le fait en coup d'vent
Pour qu'on soit cool ou dans le vent.

Le vent gémit ou manifeste;
Eole est son grand Dieu céleste

Qui l'oblige à toujours souffler
Car pour lui souffler n'est pas joué.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Délires
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 14:26

A chacun sa chacune…
Toi, tu es ma fortune
Qui sait me motiver
Et qui me fait rêver.

Tu es tout mon pécune
Tu me donnes la lune,
Le soleil enflammé,
Et ma raison d'aimer.

 

Tu es mes exigences,
Ma corne d'abondance,
Mon luxe somptueux,
Mon bien-être moelleux…

 

Tu es mon capital,
Mon bonheur colossal,
Ma chance de nanti
Et mon diamant serti.

 

A chacun sa chacune
Sans restriction aucune
Pour vivre sans flancher
Un amour de fauché*…



* Nouveau, ça vient de sortir:
Les amours de fauché sont des amours désinterressés et sans calcul... C'est tant pis pour eux, car ils sont condamnés à toujours aimer sans compter...

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Amour et Amitié
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 12:56

Comme aucune télé nous parle de pandémie,
Venez donc écouter les infos de Papy...
Vous y découvrirez un vieux présentateur
Qui rabâche son texte en lassant l'auditeur.


Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Contes-Fables
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 17:56

 

Me voilà revenu dans mon havre de paix
Après un long séjour où j'ai pris en excès
Tous les petits plaisirs que l'on s'offre en vacances
Sans trop se soucier de l'état des finances.

 

Me voilà revenu dans ma ville de Plaisir
Où des tas de bronzés se mettent à pâlir
En pensant qu'aujourd'hui ils s'en vont au turbin
Afin de regagner leurs congés de demain.

 

Me voilà revenu entre mes quatre murs
Où je vais dépenser avec désinvolture
Tout le temps de ma vie qu'il me reste à présent
Sans jamais l'épargner de mes excès plaisants.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Vacances
commenter cet article
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 11:32

 

Partir en détalant pour aller voir ailleurs
Si l'exil est l'endroit où la vie est meilleure…

 

Partir, prendre le large et s'enfuir sans raison,
Pour découvrir le bleu d'un nouvel horizon…

 

Partir, mettre les bouts et les jambes à son cou
Pour avoir l'illusion de sortir de son trou…

 

Partir, quitter le calme d'un Plaisir au mois d'août

Pour aller écouter les bruits du Lavandou…

 

Partir, se mettre en route en pliant ses bagages
Pour aller s'abreuver de langueurs sur la plage…

 

Partir, se débiner, oui, se carapater,
Pour aller se vautrer dans des eaux polluées…

 

Partir, se retirer en filant à l'anglaise
Pour aller se cramer la couenne sous la fournaise.

 

Partir, se défiler, se casser, se sauver,
Pour croire que les vacances vont m'aider à rêver.

 

Partir, mais revenir dans son petit chez soi
Pour retrouver la vie réelle auprès de toi…


Bon mois d'août à tous! 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Vacances
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 16:04
Je venais d'avoir soixante ans
Et la retraite en même temps...
Alors pour arroser tout ça
Ce fut la fête et la salsa.

Pardonnez le caméraman qui n'a pas su toujours me suivre.


Salsa
envoyé par luckydit. - Les grands événements de la vie de famille en vidéo.
Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Histoire vraie
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 14:02

 

Je suis un homme multitâche,
Plus fort que le genre féminin,
Et quand je fais face à mes tâches
Je les assume de bon matin...

 

Quand j'entreprends de ne rien faire
Je me dépense sans compter
Dans des rêveries éphémères
Qui bercent mon oisiveté.

 

Quand j'entreprends d'être gourmand,
Je m'éparpille dans la ripaille
En oubliant qu'il est des gens
Qui meurent de faim sous la mitraille...

 

Quand j'entreprends d'être égoïste,
Je le fais dans mon intérêt
En attendant qu'un altruiste
Me distribue tous ses bienfaits.

 

Quand j'entreprends d'être hypocrite,
Je le fais mieux que "Saint' Nitouche"...
Je mens alors comme un jésuite
Qui a des louanges plein la bouche.

 

Quand j'entreprends d'être jaloux,
J'y mets de l'agressivité
Que je prodigue, comme un fou,
A tous ceux que je veux dompter.

 

Quand j'entreprends mon avarice,
Je le fais avec âpreté
Pour en tirer un bénéfice
Plus grand que ma cupidité...

 

Je suis un homme multitâche,
Qui ouvre son cœur à deux mains
En vous livrant, avec panache,
Quelques défauts du genre humain...

 

Je n'avais rien à faire, ce matin...Il fallait bien que je m'occupe à dire des mensonges...

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Délires
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 11:46

Joyeux anniversaire, mon vieux journal intime...
Jamais je n'aurais cru que tu vivrais trois ans!...
Que cet anniversaire soit, pour toi, synonyme
De rêves éphémères que je vis au présent...

 

Bien que je désire moins nos heureux face-à-face
Qui m'apportent l'oubli de la réalité,
En ce jour, sur tes pages, il me prend cette audace
De venir célébrer ta régularité...

 

Je veux te souhaiter sincèrement, sans fard,
Beaucoup de mes visites de rêveur endurci,
Et si tu sens parfois, que je suis un flemmard,
C'est que je me consacre à ma vie :... ton amie.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Histoire vraie
commenter cet article

Présentation

  • : Entre nous soit dit!
  • Entre nous soit dit!
  • : Affirmer ma vérité pour mieux me contredire.
  • Contact

Archives