Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 12:45

 

Cela fait bien longtemps que mon journal intime,
Se morfond dans son coin en attendant des rimes...
Et pendant ce temps là, moi qui suis un père vers,
J'écris beaucoup d'horreurs à tord et à travers...

 

Comme un fou obsédé de mots trop diaboliques
Harcelant à tout heure ma raison satanique,
Je me dis que mes rêves ou mes vilains délires
Ne sont que des pensées pas vraiment bonnes à dire...

 

Alors, en bon père vers qui ne pense qu'à ça,
Je retiens mes fléchettes de mots indélicats,
Qui, dès que je me lève, trottinent dans ma tête
Mais qui, à mon esprit, ne valent pas tripette...

 

Voilà, petit journal pourquoi je te délaisse...
Je fuis mes mots impurs par peur ou par faiblesses
Et je vais les cacher dans mon jardin secret
Comme un méchant père vers qui n'a aucun regret...

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Réflexion
commenter cet article
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 10:45


Petit journal intime, si je te parle moins,
C'est que des imprévus chargent mon quotidien...

 

A force de voguer sur les cours de la vie
Je ne prends plus le temps de rêver sur l'ordi...
Je rame avec entrain sur ma galère "bonheur"
Et me laisse emporter au gré de ses humeurs.

 

Je vais voir les oiseaux à qui j'envie le vol...
Je vais me disperser en travaux bénévoles...
Je vais m'instruire un peu à la bibliothèque
Ou je me prends la tête en jouant aux échecs.

 

Je défends l'intérêt des copropriétaires
Qui dans ma résidence sont vraiment terre-à-terre...
( Je suis certain qu'ailleurs, les copros sont rêveurs
Et n'hésitent jamais à rimer à toute heure.)

Je vais glaner du vent et j'en mets plein mes poches...
Je vais perdre mon temps et traîner mes galoches
Dans des lieux où je joue à l'homme qui sourit
Tandis que j'ai le cœur qui pleure ses clowneries...

 

Et pendant ce temps là, Mamie qui bosse encore
A la bibliothèque, sans compter ses efforts,
M'encourage à écrire des mots sans lendemain
Alors que j'aime mieux lui dire avec les mains.

 

Carolus-Duran (1868)-Palais des Beaux-Arts, Lille

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Histoire vraie
commenter cet article
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 00:15

Un amour sans chagrin, c'est la forêt sans bois,
C'est un croyant sans foi, c'est justice sans lois,
Une église sans croix, un royaume sans roi...
C'est moi qui te regrette en te sachant là-bas,
Triste comme l'enfant qui pleure le trépas
De sa douce maman qu'il ne reverra pas.

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Amour et Amitié
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 09:52

 

Pardonnez-moi, mon Père, si j'ai beaucoup péché,
Mais c'est de votre faute…Vous l'avez bien cherché !
Vous mettez sous mon nez les pires tentations
Si bien que je m'égare dans la malédiction.

 

Est-ce ma faute à moi si la nature est belle
Et que pour l'adorer, je lui reste fidèle…
Est-ce ma faute à moi si elle est accueillante
Et que pour mieux l'aimer, je l'embrasse quand elle chante.

 

Est-ce ma faute à moi si l'amour me pollue
Et que, près d'une femme, je trouve mon salut.
Est-ce ma faute à moi, si dans mon cœur, il sème
Des mots incohérents finissant par "je t'aime"

 

Alors, cessez mon Père, de toujours me tenter
Et de me faire pécher contre ma volonté.
Mais si vous persistez dans vos provocations,
Alors, accordez-moi, enfin, l'absolution.

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Rêves
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 13:13


Je ne vais pas...J'ai des vertiges
Qui me font faire de la voltige...
Autour de moi, tout tourne en rond
Et je vole dans l'illusion.

 

Je suis comme en apesanteur...
Je fais des loopings d'aviateur
Qui maltraiterait son mirage
En carambolant les nuages.

 

Je vais à la vitesse du son
Et je ressens le grand frisson
Qui vient soudain m'indisposer
En me délivrant des nausées...

 

" Docteur, donnez-moi, s'il vous plait
Un traitement vit' fait bien fait...
Tous ces loopings m'importunent
Et me privent d'aller dans la lune."

 

" D'accord, je vais vous secouer
De droite à gauche comme un prunier
Puis je vais vous centrifuger
Pour que vous soyez soulagé.

 

Mon cher monsieur, c'est vos oreilles
Qui vous font planer au réveil...
Dans quelques jours tout ira mieux
Et vous pourrez revoir vos cieux.

 

A présent retourner chez vous...
Bientôt vous ne verrez plus flou!
En attendant, dans vos nuages,
Oubliez l'horreur du tangage."

 

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Histoire vraie
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 18:01

 

Il était planté là, la quittant pas des yeux...
Elle regardait ailleurs et avait l'air heureux...
Il espérait très fort qu'elle le remarquerait
Mais le long du trottoir, elle semblait égarée...

 

Pourtant, elle avait vu qu'il matait ses manières
Et qu'il était fin prêt, pour quelques numéraires,
A lui autoriser d'arpenter ce trottoir
Où il passait sa vie minable et dérisoire...

 

Mais oui, elle avait vu que ce beau maquereau,
Etait un souteneur soutenu des perdreaux
Qui attendaient de lui qu'il ne soit qu'un mouchard
Dénonçant les radins ou les petits roublards.

 

Alors c'est sans regret qu'en quittant son auto
Elle est allée vers lui sans prononcer un mot,
Et elle lui a donné la rançon destinée
A jouir, un court instant, d'un lieu pour stationner.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Délires
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 19:19

 

En vérité, je vous le dis
On vit la pluie en Normandie,
Mais on vit aussi le soleil
Fort généreux dans son sommeil...

 

On l'aperçut près de Valognes
Quand soudain il s'est mis en rogne,
Puis, peu à peu, il s'est calmé
Et à Saint-Lô, il a pleuré...

 

Il a ri un peu à Coutances
Timidement, en alternance...
A Granville il mit du chauffage
Pour nous faire courir sur la plage

 

Un beau matin, on le déniche,
Sur le sable de Utah-Beach
Où il nous a parlé d'un jour
Qui fut long et plein de bravoure

 

Puis c'est à Sainte-Mère-Eglise
Que ses lumières nous conduisent
En nous rappelant qu'un para
Ne put jamais livrer combat.

 

Voilà comment, chez les Normands,
Nous avons passé notre temps...
Le soleil a su nous guider
Bien qu'il fallut le quémander...

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Vacances
commenter cet article
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 10:51

Je n'ai rien oublié, ni le lit, ni Mamie,
Pour une expédition en basse Normandie.
La pigeot est fin prête et va rouler sa caisse
Bien qu'elle ne sache pas marcher au GPS.

 

Pour ne pas se paumer en ce week-end Pascal
Il suffira de suivre le long train infernal
De toutes les voitures qui, sans trop se presser,
Vont malgré tout trouver le temps de s'énerver.

 

Mais qu'importe après tout, le but est d'arriver
Dans un petit refuge où nous pourront rêver
Qu'il n'y a plus de guerres ou de conflits sociaux
Et ne penser qu'à nous en coupant la radio.

 

Bonne semaine à tous…Je n'ai rien oublié,
Puisque je viens vers vous pour vous en informer.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Vacances
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 08:17

 

Juste un tout petit mot pour dire que tout va bien,
Que bientôt je serai comme un heureux gamin
Qui a fini l'école et qui part en vacances
Après un dur labeur me forçant au silence...

 

Me pardonneras-tu, petit journal intime,
De t'avoir laissé choir en te privant de rimes.
Voudras-tu accepter mes excuses faciles
Et tout mon repentir de bricoleur tranquille.

 

Dans un jour maintenant, tout sera terminé....
Mamie pourra enfin, de nouveau, cuisiner,

Tandis que je pourrais rêvasser tout mon saoul
En entendant le chant mélodieux du faitout.

 

Je me prendrai alors pour une poêle à frire
Qui a le cul au chaud et qui se fait saisir
Par une main habile sachant faire mijoter
Mon petit ventre plein de douceur relevée.

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Histoire vraie
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 10:04

Ingrédients nécessaires
Une marmite de responsabilité,
Une pincée d'inconscience,
Une cuillère d'idéal,
Une louche d'optimisme,
Un saladier de bonne volonté,
Un fût de générosité...

 

Ingrédients inutiles

Gousse de morosité,
Emincé de colère,
Morceau d'écœurement,
Gousse de déception,
Fragment de découragement,
Tête de lard...


Recette:

Vous prenez des centaines de blogeuses sympas,
(Jusque-là, c'est facile, on en trouve des tas)...
Laissez les dégorger à gorge déployée
Quelques heures, chaque jour, leurs idées relevées,
Leurs projets et leurs rêves...Ecumez les parlottes,
Trop chargées d'amitié au bon goût ravigote...

Prélevez, dans le jus, leur sens de l'humour,
Leurs délires infinis et tous leurs calembours...
Humer chaque blogeuse avec délectation
Puis laisser mijoter, sans autre précaution,
Pendant toute une année pour le bien des gourmands
Cherchant les agréments de rêves croustillants...

Servez avec chaleur, (le froid est à proscrire)
Accompagné d'un vin chambré par des sourires...

 

Un cuisinier alléché.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article

Présentation

  • : Entre nous soit dit!
  • Entre nous soit dit!
  • : Affirmer ma vérité pour mieux me contredire.
  • Contact

Archives