Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 14:57

 

Depuis une semaine, j'attendais, patiemment,
De recevoir un pli qui parlerait d'argent...
Je l'ai reçu hier et, sans hésitation,
Je l'ai décacheté d'une vive émotion...
La lettre était gentille et ses vers doux et beaux
Me réchauffèrent le cœur en me disant ces mots :

 

" Très cher monsieur Papy, ne soyez pas fâché
Si j'aime votre auto et qu'elle m'a fait flasher..
Quand je l'ai vue si belle en roulant bien sa caisse,
Je n'ai pu m'empêcher de lui mater les fesses...
De mon regard vicieux de voyeur camouflé,
Je l'ai prise par derrière et je l'ai couillonnée.

 

Sachez, monsieur Papy, qu'il faudrait la freiner
Car elle a fort tendance à vouloir s'emballer...
Si la prochaine fois elle m'aguiche de trop
Cela vous coûtera plus que cinquante euros.

 

Je vous prie d'agréer les clins d'œil les plus traîtres
D'un radar romantique ravi de vous connaître."

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Histoire vraie
commenter cet article
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 00:30

 

Puisque c'est tous les jours
Que je te dis "je t'aime"
Aujourd'hui, mon amour,
Je t'en fais un poème


Qui ne te dira pas
Ces mots de tous les jours
Mais te les chantera
Sans cesse à contre jour...

 

Quand, ce soir, ma chanson
N'aura plus de refrain
Mes "je t'aime" s'en iront
Et reviendront demain.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Amour et Amitié
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 18:47

Sur un sujet d'écriture proposé par les Parchemins de bigornette où il s'agit de faire un texte à partir d'une œuvre crée par Fleurantin.net, voici ma participation...



 

Qu'il est doux de rêver devant tant de poissons
Qui viennent jusqu'à moi, guidés par ma chanson...
Je leur chante l'histoire de cet amour volage
Qui a brisé mon cœur à coups de badinage.

 

Alors, depuis ce jour, je viens dire aux poissons
De ne pas se laisser tenter par l'hameçon...
Mieux vaut un cœur brisé qu'un homme sans ancrage ;
Mieux vaut bien réfléchir que d'aller au naufrage ;
Mieux vaut ne pas envier les appâts séduisants,
Mais rester sur sa faim plutôt qu'agonisant.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Rêves
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 12:46

 

Faut-il naître ou pas naître?... Là est la vraie question
Que j’adore me poser quand je perds la raison…
Faut-il être le fruit prodigieux de l’amour
Ou n’être moins que rien sans jamais voir le jour.

 

Faut-il téter ou pas ?... Là est la vraie question
Que je n’ai pas posée quand j’étais un poupon…
Faut-il nourrir sa vie qu’on n’a pas demandée
Ou bien crever de faim et ne plus babiller.

 

Faut-il bosser ou pas ?... Là est la vraie question,
Que je dus éluder au cours de mes missions.
Faut-il se coltiner les douze travaux d’Hercule
Ou être un inutile enfermer dans sa bulle.

 

Faut-il grandir ou pas ?... Là est la vraie question,
Que souvent je me pose quand je me sens trop con…
Faut-il seul se hisser aussi haut qu’on le peut
Ou rester tout petit en s’aidant du bon Dieu…

 

Faut-il aimer ou pas ?... Là est la vraie question,
Qui me fait tant rêver avec exaltation…
Faut-il subir sans fin les bienfaits de l’amour
Ou se sentir tout seul sans donner de mamours.

 

Faut-il mourir ou pas ?... Là est la vraie question,
Que je ne me pose plus quand me vient le bourdon…
Faut-il, sans regret, retrouver le néant
Ou se garder en vie artificiellement.

 

Je me demande encore pourquoi ma pauvre mère
Me créa par amour à la fin de la guerre
Où elle dut accoucher en souffrant le martyr
D’un rejeton heureux d’ignorer l’avenir.

 

C'est donc pour toi, maman, que je vis à présent…
Pour que tu n'aies pas fait, pour rien, un enfant ;
Pour perpétuer ton sang qui coule dans mes veines
Et me nourrir d'amour en combattant la haine…

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Réflexion
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 12:54

 

Voilà une semaine encore vite passée
Qui ne m'a pas laissé le temps de rêvasser...
A trop me disperser au four et au moulin,
Je n'ai même pas pu faire un alexandrin.

 

Un tas "d'emmersoucis" ont voulu m'empêcher
De câliner ma vie tout en allant marcher :
La voiture, la maison, les pannes d'ADSL
Et bien d'autres ennuis qui encore s'amoncellent.

 

Alors c'est un à un que je les prends en charge
Et sans me lamenter je les envoie au large
Car je sais que ma vie a pour obligation
D'affronter les problèmes et leurs complications...

 

Souvent je me demande pourquoi ma pauvre mère
Me légua ces pépins et petites misères ?
Serait-ce pour m'inciter à toujours réagir
Quand la vie me rappelle qu'elle n'est pas que plaisir !...

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Réflexion
commenter cet article
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 14:13

 

En ce moment papy patine.
La neige le rend trop nerveux...
Il se croit bien dans ses bottines,
Mais fait plus d'erreurs qu'il ne veut.

 

Depuis trois jours qu'il se coltine
Des commentaires généreux,
Il en oublie, dans sa routine,
De signer ses mots chaleureux...

 

Si bien que les gens le croient mort
Ou qu'il se serait éclipsé
Sans avertir les "blogguivores"
Qu'il va très souvent visiter.

 

Heureusement qu'une Angevine
Dont je tairais le nom ici
M'a dit que mes coms se terminent
Par une adresse n'ayant plus vie.

 

Vraiment Papy, tu me chagrines
De faire des toiles de gagas.
On dirait cucu la praline
Se faisant skier sur du verglas.

 

Priez pour lui, bloggeuses, bloggeurs;
N'oubliez pas de le chambrer...
Dites-vous même qu'un moqueur
Mérite aussi d'être raillé.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Histoire vraie
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 19:18

 

Quand nous jouons au jeu d'échec,

Mamie me cloue souvent le bec…
Alors je dois abandonner,
Mais avant je vais l'embrasser.

 

Quand nous jouons à la bataille,
Mamie ne fait pas de détails…
Je vais me faire rhabiller,
Mais avant je vais l'embrasser.


Quand nous jouons au jeu d'famille,
Mamie me berne et m'entortille…
Alors je n'ai plus qu'à tricher,
Mais avant je vais l'embrasser.

 

Quand nous jouons au jeu de l'oie,
Mamie impose toujours sa loi…
Alors je m'en vais, écœuré,
Mais avant je vais l'embrasser.

 

Quand on joue au monopoly,
Mamie prend mes économies…
Alors je n'ai plus qu'à mendier,
Mais avant je vais l'embrasser.

 

Quand on joue "aux yeux dans les yeux",
Mamie trouble mon regard bleu…
Alors il me faut le baisser,
Mais avant je vais l'embrasser.

 

Quoi que je joue, même au rami,
Je suis perdant avec mamie…

Mais là où je peux pavoiser,
C'est que je gagne ses baisers.

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Délires
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 17:00


Avez-vous remarqué que j'aime poéter
Et que cela me vient sans que j'aie à forcer...
Souvent, dès le matin, j'ai la poétulance
Qui aux tripes me prend avec virulence.

 

Je sais!...Vous allez dire que j'ai dû m'entraîner
A poéter ainsi depuis bien des années...
Je vous rétorquerai que nous le pouvons tous ;
Même les bronchiteux poètent quand ils toussent...

 

Moi j'adore poéter quand, au creux de mon lit,
Il me vient des idées qui fleurent bon la nuit...
Je les fais fermenter, les retiens, les rabâche
Et, quand elles sont à point, brusquement je les lâche...

 

Il est bien des endroits où l'on peut poéter...
La nature, par exemple, est un endroit rêvé...
Quand on ressent l'air pur béni de la forêt
On aime poéter calmement, à l'arrêt.

 

On peut aussi, à table, poéter à plusieurs;
Se donner la réplique en mangeant du chou-fleur...
On se pince le nez et on ouvre la bouche
Et puis on improvise tout en gobant les mouches.

 

Bien sûr, il est des lieux nettement plus discrets
Pour poéter tranquille... Ce sont les cabinets...
En douce, on se retire puis on ferme la porte
Et posément on pense aux rêves qu'on transporte.

 

Alors profitez bien de mes précieux conseils...
Poéter constamment, partout, dès le réveil,
Et vous ressentirez l'ineffable plaisir
De rimer dans l'humour, l'amour ou bien le rire.

 

D'ailleurs, en cette année, le Printemps des poètes
Met le rire à l'honneur et je trouve ça chouette...
Enfin je vais pouvoir poéter tout mon soûl,
Assis, debout, couché mais surtout entre nous.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Déconnade
commenter cet article
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 19:05

 

Les astrophysiciens ont dit que, cette année,
Ils allaient découvrir, dans notre voie lactée,
Une nouvelle planète identique à la terre
Et qu'ils se faisaient forts de prouver ce mystère.

 

Je leur dis, tout de go, que ce n'est pas la peine
Qu'ils aillent rechercher cette planète reine
Car ça fait bien longtemps que, moi, je l'ai trouvée
Et que, dans un réflexe, je l'ai photographiée.

 

Ce jour là, je partais visiter l'univers,
Dans mon Faster-than-ligth qui volait à l'envers...
Au lieu de m'emmener vers mon grand paradis,
Il naviguait en rond dans notre galaxie.

 

Me sentant tout paumé prés de l'étoile Phébus,
J'attrape ma radio que j'appelle "Motus"
Et je lance un appel de secours affolé :
"-Allo!... Ici papy, m'entendez-vous?...Parlez!..."

 

Et là, j'entends la voix d'un monsieur qui panique:
"- Allo!... Ici Poupa de la planète cubique!
Venez me secourir car je me sens glisser
Vers le néant tranquille des Hommes trépassés..."

 

Et là, je vois un mec qui semble mon sosie
Suspendu par les bras, accroché à la vie...
"- Lâche tout, que je dis, je vais te rattraper
Et si tu crois en moi, tu dois t'en réchapper."

 

Et voilà que le mec qui veut me faire confiance
Se lâche dans le vide en croyant à la chance
De trouver une main divine et secourable
Qui le mènerait droit vers une vie durable...

 

Je fais alors l'envol le plus beau de l'année :
Un looping de gymnaste adroit et entrainé
Qui me fait atterrir au pied du canapé
Où je m'étais couché après un bon souper.

 

Le nez dans mon bordas traitant d'astronomie,
Je me suis demandé pourquoi c'était mamie
Qui me tendait la main en riant aux éclats
De m'avoir vu tomber lentement du sofa.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Délires
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 18:15

 

- Enlève ta burka, je veux que tu sois libre
De vivre tes envies dans un bel équilibre...

 

- Enlève ta burka, je veux que tous les hommes
Te voient comme une femme entière et autonome...

 

- Enlève ta burka, je veux que tu pries Dieu
En lui parlant d'amour, les yeux droits dans les yeux...

 

- Enlève ta burka, je veux que tu savoures
Les rayons de soleil, comme moi, au grand jour...

 

- Enlève ta burka, je veux te lapider
A grands coups de caresses et de tendres baisers...

 

- Enlève ta burka et enfile la moi
Afin que j'aie la honte de ne pas croire en toi...

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Rêves
commenter cet article

Présentation

  • : Entre nous soit dit!
  • Entre nous soit dit!
  • : Affirmer ma vérité pour mieux me contredire.
  • Contact

Archives