Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 10:39
Un bel anniversaire

Bon sang que le temps passe… Ça fait déjà un mois

Que j'ai dû emprunter ce long chemin de croix

Qui consiste à écrire quelques mots sur ces pages

Afin, qu'un cours instant, j'aille dans les nuages.

 

Pour cela je m'harnache de mon vieux parachute

Fait en tissus de rêve, sans perdre une minute,

Et je saute des cieux d'une façon précise

Pour venir voir mon pote à Sainte-Mère-Eglise.

 

"- Bon sang que le temps passe", me dit-il, incrédule,

Ça fait soixante dix ans que tourne la pendule

Et aucun visiteur venu pour m'honorer

N'a trouvé le moyen d'enfin me libérer."

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 09:07
Art-Monique

Je l'appelle Artifice

Quand sa main convertit

Son humeur créatrice

En petit paradis.

 

Je l'appelle Harmonie

Quand ses tons de couleurs

Chantent la symphonie

Des peintres amateurs.

 

Je l'appelle Art-Monique

Quand son pinceau caresse

De façon méthodique

La toile avec adresse.

 

Puis je me tais enfin

Quand elle est absorbée

Par le tableau qu'elle peint

Pour en faire son bébé.

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 10:04

Ingrédients nécessaires
Une marmite de responsabilité,
Une pincée d'inconscience,
Une cuillère d'idéal,
Une louche d'optimisme,
Un saladier de bonne volonté,
Un fût de générosité...

 

Ingrédients inutiles

Gousse de morosité,
Emincé de colère,
Morceau d'écœurement,
Gousse de déception,
Fragment de découragement,
Tête de lard...


Recette:

Vous prenez des centaines de blogeuses sympas,
(Jusque-là, c'est facile, on en trouve des tas)...
Laissez les dégorger à gorge déployée
Quelques heures, chaque jour, leurs idées relevées,
Leurs projets et leurs rêves...Ecumez les parlottes,
Trop chargées d'amitié au bon goût ravigote...

Prélevez, dans le jus, leur sens de l'humour,
Leurs délires infinis et tous leurs calembours...
Humer chaque blogeuse avec délectation
Puis laisser mijoter, sans autre précaution,
Pendant toute une année pour le bien des gourmands
Cherchant les agréments de rêves croustillants...

Servez avec chaleur, (le froid est à proscrire)
Accompagné d'un vin chambré par des sourires...

 

Un cuisinier alléché.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 12:56

Je me réjouis, Madame, de vous voir enfin libre
Après avoir vécu longtemps en équilibre
Entre le désespoir d'une captivité
Et l'espoir de revoir, enfin, la liberté.


Vous avez su tenir, car vous êtes si forte
Qu'il ne vous semblait que la mort vous emporte
Avant d'avoir fini ce fabuleux combat :
Celui de délivrer les hommes de leurs faux-pas.


Je vous salue, madame, avec humilité
Car devant un symbole je me sens limité...
Pourtant je voudrais bien, si vous le permettez,
Clamer, tout comme vous : Vive la liberté.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 15:33

http://le.bigorneau.over-blog.fr


Vous n'allez pas me croire, mais depuis ce matin
Je me fais une cure de bigorneaux d'Anjou...
Je savais la bébête vivre en milieu marin
Mais j'ignorais encore qu'elle avait si bon goût.

 

Malgré tout je préfère bien mieux la bigornette
Qui a dans son cerveau un esprit succulent...
Vous pouvez la goûter en allant sur le net
Afin de vous gaver de ses vers excellents.

Jamais je n'aurai cru, en tant que cartésien
Trouver autant de pieds chez un gastropode.
Cela doit provenir du grand air angevin
Qui transforme les rimes pour en faire des odes.

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 09:57

 

J'aimerais encore dire "Bonne fête, maman"
En tendant un dessin que j'ai fais à l'école...
Hélas, elle est là-haut dans le grand firmament...
C'est la plus belle étoile qui me sert de boussole

.

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 10:15

Baroudeuses, baroudeurs, je vous tire mon chapeau...Du premier au dernier je reste admiratif à votre exploit.


C'est un désert noyé dans un feu de lumière;
Un enfer qui t'élève plus haut que les prières;
Un rêve inaccessible que tu touches du doigt
Un souvenir enfin qui te remplit d'émoi.

 

Mais que vas-tu chercher dans ce milieu austère?
Le sens de ta vie que te donna ta mère
Ou simplement le fait d'un prodigieux exploit.
Non!.. Ce que tu poursuis, c'est l'image de toi.

 

Alors va devant toi. Affronte à petits pas
Ce soleil qui te dit « Ne te retourne pas ;
Oublie ta position, ton rang, ton numéro
Mais viens plutôt chercher le fond ton ego. »

 

Tu es seul maintenant, seul avec ton miroir
Qui fouille dans tes yeux et veut apercevoir
Si tu n'as jamais fait de mal à Cupidon
Et si tu as besoin de demander pardon.

 

Tu as marché longtemps. C'était pour te connaître,
Faire le point sur ton moi, pour te sentir renaître
Tel l'enfant innocent qui a la vie entière
Pour rechercher la paix et l'intense lumière.

 

Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 10:39

enfoir-.jpg

Hier soir, j'ai reçu tout un tas d'Enfoirés
Avec qui j'ai passé une super soirée.
Ils se sont incrustés sur mon petit écran
Sans jamais me lasser ou se faire encombrant.
 
Avec eux j'ai chanté et rêvé le bonheur...
J'ai vu des Enfoirés qui reprenaient en chœur
L'amour et l'amitié qu'ils nous donnaient gratis
Afin, qu'à notre tour, nous soyons leurs complices.

Ils m'ont tant égayé, ému de leur magie
Qu'une larme a perlé sur ma joue endurcie.
Merci, les Enfoirés, pour ce don émouvant
Qu'il me plait d'avouer, ici, en l'écrivant.
 
Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 17:37
main.jpg 
Que tu sois homme ou femme, je t'aime bien, l'ami.
Tu es celui qui vient agrémenter la vie.
Tu es celle ou celui qui, un beau jour, débarque
Et qui me prends la main en disant : " Je t'embarque
Sur mon joli bateau baptisé Amitié…
Allons voguer sur l'eau de la sincérité"
 
Tu es celle ou celui qui gentiment, prétend
" Si tu as de la peine, je suis ton confident;
Si tu as de la joie, tu pourras m'en revendre;
Si tu n'as plus d'espoir, acceptes de m'en prendre.
 
Tu es celle ou celui qui vivement m'engueule
En calmant ma vindicte et mon affreux orgueil.
Tu es celui ou celle qui renierait sa foi
Pour que mon incroyance n'injurie pas la croix.

Tu es celle ou celui sur qui on peut compter
Quand on se sent bien seul face à l'adversité.
Tu es celui ou celle qui n'acceptera pas
Que l'on puisse s'en aller, un jour, vers le trépas.
 
Tu es celle ou celui, tu es celui ou celle
Qui donne à nos vies l'impression d'être belles.
Tu es celui ou celle, tu es celle ou celui
Qui jamais se verra basculer dans l'oubli.
 
Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 12:00
con_franc.jpg 
Ce "con" utilisé souvent comme une insulte
Quand on est acculé, que la colère exulte,
Quand on a plus de mots en guise de réponse...
Ce "con" est bien utile au con qui le prononce.
 
Pourtant ce mot devrait être un mot usité
Pour dire des gentillesses sans jamais s'emporter.
Quand on sait l'origine de sa notoriété,
Tout homme raisonnable devrait le respecter.
 
Ce n'est qu'une ineptie, un affront affligeant,
D'avoir dénaturé cet endroit obligeant
En ne voyant en lui que mépris et faiblesse
Malgré tous ses efforts, quand finit la grossesse.
 
Mais on a préféré faire du con un naïf
Un couillon abruti, un sot peu inventif
Alors qu'à lui tout seul, il a su enfanter
Tous les cons réunis dans notre humanité.
 
Mais qui sont donc ces cons dont on parle souvent;
Petit con, sale gros con ou grand con énervant…
Ce n'est, bien sûr, pas moi qui suis compréhensif...
C'est donc tous les autres, surtout les impulsifs.
 
Ce que je n'aime pas c'est le con qui déconne,
Qui se croit intouchable ou bien qui fanfaronne.
Quand il est devant moi, derrière le miroir
Je lui dis carrément qu'il aille se faire voir.
 
Je n'aime pas non plus le con qui se prétend
Bien moins con que les autres et qui veut tout le temps
Te dire ce qu'il est bon de faire ou ne pas faire
Au lieu de se mêler de ses connes affaires.
 
Moi je n'ai que l'air con et c'est bien suffisant…
Parfois ça m'est utile et même très plaisant
Quand je me sens perdu pendant mes randonnées…
Je trouve un gentil con qui va me renseigner.
 
En général le con n'est jamais bien méchant.
Il est souvent serviable, courageux et touchant.
C'est d'ailleurs pour cela qu'on le prend pour un con
Car il a plus de cœur que l'on a de raison.
 
Il m'arrive de rêver qu'il serait vraiment bien
Si tous les cons du monde se tenaient par la main.
Ils n'auraient plus le temps à penser à la guerre
En donnant de l'amour de façon régulière.
 
Méditez, brave gens, cet éloge à la con
Qu'il m'a plu de transcrire sur ce rose bonbon
.
Repost 0
Publié par Michel Blondeau - dans Eloge de l'autre
commenter cet article

Présentation

  • : Entre nous soit dit!
  • Entre nous soit dit!
  • : Affirmer ma vérité pour mieux me contredire.
  • Contact

Archives